Critères

20151120_site tourette-critèresLe syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) fait partie d’un ensemble de troubles se manifestant par des tics, s’étendant d’une forme légère et transitoire jusqu’au SGT. Le trouble “tic transitoire” est la forme la plus légère et la plus fréquente. Il est défini par la présence de tics qui sont présents pendant 4 semaines à 12 mois. Dans le trouble “tic moteur ou vocal chronique”, le ou les tics durent plus de 12 mois, et sont soit uniquement moteurs, soit (plus rarement) uniquement vocaux.

Le syndrome de Gilles de la Tourette est défini par le “TSSG (Tourette Syndrome Classification Study Group, 1993)” et par le “DSM-5 (Diagnostic and statistical manual of mental disorders, American Psychiatric Association), publié le 18 mars 2013, dont la version française est sortie le 17 juin 2015 classé sous : Tourette’s Disorder 307.23 (F95.2)

Page DSM-5

Quelques indications

  • Début avant l’âge de 21 ans (TSSG) ou avant l’âge de 18 ans (DSM-5).
  • Présence de tics moteurs multiples et un ou plusieurs tics vocaux en simultané (DMS-5).
  • Les tics peuvent augmenter ou diminuer en fréquence mais persistent au moins depuis une année depuis leurs apparition (DSM-5).
  • Les tics ne sont pas dus aux effets normaux d’une substance (par exemple des stimulants) ou à un autre traitement médical (DMS-5).

Ces critères ne sont pas absolus. Le SGT peut par exemple survenir à l’âge adulte. Le diagnostic (qui s’établit d’après l’histoire du patient) et l’examen neurologique ont notamment pour but de confirmer que les mouvements décrits sont bien des tics et non un autre type de mouvements anormaux. Ils servent également à s’assurer qu’il n’y ait pas d’élément qui évoque une autre maladie. Il n’existe pas de test de laboratoire (prise de sang) ni d’autre examen complémentaire (imagerie cérébrale par scanner ou IRM, électroencéphalogramme) qui permettent de poser le diagnostic. Cependant des examens sont parfois effectués pour exclure une autre maladie. La présence d’autres troubles associés (déficit d’attention – hyperactivité, trouble obsessionnel compulsif, etc.) n’est pas nécessaire pour diagnostiquer le SGT.

Le diagnostic est typiquement rétrospectif, puisqu’il n’y a pas de moyen fiable de prédire si les tics d’un individu vont se résoudre après quelques mois, si des nouveaux tics vont survenir ou si les tics vont persister pendant plus d’une année.